Portrait d’un nouveau membre du SIGI Jean Theis, conseiller, Commune de Hesperange


Suivant les traces de son père, Jean Theis, conseiller communal à Hesperange, est venu en contact avec la vie politique pratiquement dès le berceau. Banquier de formation, il s’investit vivement dans la vie culturelle de sa commune, notamment en organisant des concerts et autres événements dans le cadre du « Hesper Kultursummer ».

Côté privé, Jean Theis est un amateur de chevaux et président des « Päerdsfrënn Uelzechtdall Hesper asbl. ». Infatigable, le père de trois filles est l’un des nouveaux membres du Comité SIGI.

Pourquoi êtes-vous tellement fasciné par la politique, notamment au niveau communal?

La serviabilité de mon père, qui a toujours cherché à aider les gens, m’a sans doute été transmise. J’aime bien apporter de l’aide à ceux qui en ont besoin, à mon avis, c’est ce qu’il y a de plus beau. Voilà pourquoi je prends soin de trouver des solutions aux problèmes de mes concitoyens. Mon but est d’embellir la Commune de Hesperange, d’améliorer ses infrastructures et de faire en sorte qu’il s’agit d’une commune où les gens se sentent à leur aise. Fort heureusement, ma position de conseiller communal me facilite cette tâche.

Vos motivations ressemblent donc fortement à celles du SIGI.

Oui, en effet. J’ai toujours été très actif dans le monde associatif et j’ai toujours éprouvé une certaine aisance pour aller au contact des gens. Voilà qui est bien évidemment essentiel pour pouvoir connaître les demandes, désirs et besoins des gens et pour garantir une commune conviviale et moderne. En dernière instance, pour une commune, il s’agit toujours de mettre à disposition de ses citoyens des produits et des services de haute qualité, de les garantir et, le cas échéant, de les développer afin de les améliorer.

Quels sont les grands défis de la vie communale de nos jours ?

Il y en a bon nombre. Pour la Commune de Hesperange, l’un des plus grands est la réorganisation du trafic routier. Il faudra inéluctablement construire un périphérique (une route de contournement), afin d’éviter que, après l’aménagement du ban de Gasperich, le trafic aux heures de pointe soit trop important et ait un impact négatif sur la qualité de vie dans notre commune.

Un autre défi est bien la construction de logements. Malheureusement, pour la jeune génération d’aujourd’hui il est pratiquement impossible de s’acheter une habitation dans notre commune. Il faut donc faire en sorte de créer de nouvelles habitations à coûts plus modérés, voire des logements sociaux, afin de pouvoir garder « nos » jeunes dans notre commune.

Quelle a été votre première impression lorsque vous avez été nommé membre du Comité SIGI ?

A vrai dire, je suis toujours en train de m’en faire une… Je suis toujours assez surpris. Jusqu’à la première réunion du Comité, je n’ai connu aucun des autres membres en personne, même si quelques noms m’étaient familiers, par exemple à travers les médias. Il faut encore que je m’acclimate un peu. Toutefois, je suis très content d’être membre du Comité. J’avais le choix d’intégrer le SIGI ou le SEC, et en fin de compte, j’ai opté pour le SIGI. Je m’intéresse beaucoup aux technologies de l’informatique, elles m’impressionnent et me fascinent, même s’il faut que j’admette que je ne suis pas un expert dans la matière. Pourtant, j’ai toujours apprécié apprendre des choses nouvelles, cela ne fait donc pas obstacle. Le SIGI m’offre de nouvelles vues et idées pour mon travail, et en contrepartie, je peux apporter mon expérience de la politique communale au Comité.

La Commune de Hesperange est également l’un des membres initiateurs de macommune.lu, le « Biergerzenter » en ligne.

C’est vrai, ensemble avec la Commune de Dudelange, nous étions les premiers à lancer l’initiative macommune.lu, le 10 octobre 2010. Bien entendu, nous voulions toujours être une commune moderne, donc il est essentiel pour nous de simplifier la vie de nos citoyens en leur proposant d’effectuer bon nombre de démarches administratives, du moins les plus simples, en ligne. C’est ce que les citoyens souhaitent.

Je viens du monde financier, et la BCEE, où je travaille actuellement, était la première banque luxembourgeoise à offrir, à travers S-net, un service « online banking ». Nous étions de véritables pionniers, et nos clients ont beaucoup apprécié cette révolution. Je ne pense pas qu’on ait entendu une seule voix négative à ce point. Bien sûr, il est vrai que des services en ligne facilitent énormément la vie aux gens.

macommune.lu n’y fait pas exception, bien au contraire. Il est nécessaire qu’une commune et tous ses services soient toujours présents, aussi « virtuellement ». macommune.lu en est la plateforme idéale et de référence.

Le Bureau et la direction du SIGI sont contents de la venue de Jean Theis au sein du Comité ainsi que de son engagement.

macommune.lu
© SIGI